Made With Respect

Made With Respect

La Norvège, soucieuse de préserver ses ressources, l’environnement et le bien-être de ses citoyens, est réputée pour avoir su développer des comportements respectueux et vertueux dans de multiples domaines.
Cette exemplarité repose sur des valeurs fondamentales qui trouvent leur prolongement dans l’organisation des activités de pêche et d’aquaculture.

Le respect du bien-être animal

La Norvège a été le 1er pays à légiférer sur la question du bien-être animal en adoptant une loi dédiée qui joue ainsi un rôle essentiel dans l’organisation et la gestion de l’activité aquacole.
Ces préoccupations ont donné lieu à une politique de prévention et de contrôles rigoureuse, pour garantir notamment la santé des animaux d’élevage. En Norvège, la protection de la santé des poissons relève de la responsabilité du secteur aquacole, tandis que l’Autorité norvégienne de la sécurité alimentaire est chargée des contrôles. Les nombreuses études réalisées sur le thème de la santé des poissons ont permis d’aboutir à la mise au point de vaccins efficaces et de réduire drastiquement l’utilisation d'antibiotiques (moins d’1%) et d'autres médicaments dans les salmonicultures.

Autre manifestation de cette volonté de préserver le bien-être animal : les bassins d’élevage, conçus pour permettre aux poissons de disposer de beaucoup d'espace pour nager et vivre selon leur comportement naturel. La densité maximale autorisée dans les bassins est de 2,5% de poissons pour 97,5% d’eau.

La nourriture des saumons d’élevage fait également l’objet d’une recherche continue afin de développer une alimentation aux meilleurs effets possibles sur la santé et le bien-être des animaux sur le long terme.

Le respect de l’environnement

Aujourd’hui la Norvège est une nation pionnière en matière d’aquaculture qui garantit la sécurité des consommateurs, tout en préservant ses eaux.

Ainsi dans le domaine de l’élevage, des contrôles stricts et réguliers sont effectués tout au long de la production afin de s’assurer que les élevages impactent le moins possible l’écosystème environnant. Pendant et après chaque cycle d’élevage, des prélèvements sont faits par des laboratoires indépendants afin d’attribuer une note à la ferme en fonction de son impact sur l’environnement (de 1 à 4). Si la note est supérieure à̀ 3, la production sur le site est suspendue. Également, après chaque cycle d’élevage, le site est obligatoirement mis en jachère.

L’aquaculture constitue donc aujourd’hui une réponse sur-mesure à un double enjeu : répondre à une demande mondiale en hausse constante et le faire dans le respect de l’environnement.