Le Comité Scientifique norvégien pour la Sécurité Alimentaire confirme l’importance de consommer du poisson

Le Comité Scientifique norvégien pour la Sécurité Alimentaire confirme l’importance de consommer du poisson

Le Comité Scientifique norvégien pour la Sécurité Alimentaire (VKM) a publié, le 15 décembre 2014, une mise à jour de son rapport sur les bénéfices et risques de la consommation de poisson datant de 2006. Ce rapport confirme que la consommation de poissons est à la fois très importante pour notre santé, et sûre du point de vue de la sécurité alimentaire.

Le Comité Scientifique norvégien pour la Sécurité Alimentaire a conduit une évaluation exhaustive des données scientifiques internationales sur les effets bénéfiques de la consommation de poisson sur la santé comparé au risque lié à l'exposition à des substances qui constituent potentiellement des risques. Il conclut que les bénéfices l'emportent nettement sur les risques au regard du niveau actuel de contaminants et autres substances indésirables présents dans le poisson, et rejoint ainsi les conclusions de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), de l’EFSA, de l’ANSES et de la FDA.

  • Consommer du poisson est important pour notre santé et sûr du point de vue de la sécurité alimentaire. Les effets bénéfiques de la consommation de poissons pour tous, indépendamment du genre ou de l’âge, excèdent de loin les risques que pourrait présenter la présence de substances non-désirables. Cela concerne également les femmes enceintes et leurs fœtus.

  • Le Comité Scientifique norvégien pour la Sécurité Alimentaire note qu'il existe de nombreuses études qui concluent que le poisson protège contre les maladies cardiovasculaires. De plus, la consommation de poissons affecte positivement le développement du système nerveux chez le fœtus et les enfants. Ne pas manger assez de poisson, soit moins d'une fois par semaine, signifierait que vous ne profitez pas de ces effets bénéfiques sur la santé.

  • Le Comité conseille de manger du poisson deux à trois fois par semaine. Le rapport souligne également que les suppléments d'huile de poisson n’ont pas les mêmes effets bénéfiques sur la santé que la consommation de poisson. 

  • Le rapport de 2006 montrait que les aliments donnés aux saumons d’élevage, à la fois d’origine végétale et marine, contenaient des traces de polluants environnementaux tels que le mercure, les dioxines et les PCB. Cependant, leur composition ayant beaucoup évolué, une attention particulière a été portée sur le saumon d’élevage dans le rapport. Selon le nouveau rapport, les concentrations de substances non-désirables dans le poisson gras sauvage sont au même niveau qu’en 2006, tandis que le saumon d'élevage contient 70 pour cent moins de dioxines et de PCB, et moitié moins de mercure que lors de la dernière évaluation.

  • Le Comité note également que, malgré le fait que la concentration d'acides gras oméga 3 dans le saumon d'élevage a légèrement baissé (en raison de l'augmentation d’huiles et farines végétales dans  son alimentation), ce poisson reste une source importante d'oméga 3.

En France, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) recommande de consommer du poisson deux fois par semaine en combinant un poisson gras et un poisson maigre. Afin de connaître le détail des recommandations et mises en garde des autorités françaises en matière de consommation de produits de la mer, consulter le site de l’ANSES.

Afin de consulter l’intégralité rapport du Comité scientifique norvégien pour la sécurité alimentaire (VKM), cliquer ici.