En Norvège, aquaculture de qualité rime avec nature respectée

En Norvège, aquaculture de qualité rime avec nature respectée

Dès le milieu du XXème siècle, la Norvège a pris conscience de l’importance de la richesse de son patrimoine naturel, et de la nécessité d’en assurer la préservation, particulièrement celle des ressources marines. A cette époque, la Norvège fut le premier pays au monde à établir des réglementations encadrant les activités de pêche. 

C’est également à cette période que le pays a mené ses premières recherches d’élevage de poissons, permettant l’émergence d’une aquaculture moderne et commerciale dans les années 70.Aujourd’hui la Norvège est une nation pionnière en matière d’aquaculture. A ce titre, de nombreuses compétences de haut niveau sont mises à contribution (éthologie, biologie marine, technologie…) pour garantir la sécurité des consommateurs, ainsi que la préservation des eaux norvégiennes.
Toute une gamme de mesures strictes a été établie pour assurer une cohabitation optimale entre le développement de l’aquaculture et le respect des écosystèmes environnants.   

Une politique d’implantation des parcs aquacoles et de surveillance très exigeante

Avant d’obtenir son agrément, un site de production aquacole doit répondre à de nombreuses exigences environnementales.
- Les fermes sont situées en pleine mer, dans les eaux froides et limpides des fjords, suffisamment loin des zones de trafic maritime. Ces eaux bénéficient d’une oxygénation et d’un renouvellement naturels grâce à la présence de courants. Leur qualité est surveillée en permanence.
- Les conditions de courant, ainsi que la profondeur, la qualité de l’eau et l’éloignement de tout habitat d’autres espèces (par exemple, de saumons sauvages) sont également évalués par les autorités, sur la base de standards minimums.
Une fois agréé, le site de production fait l’objet d’un suivi strict et régulier.
- Les conditions de vie des saumons étant un critère primordial, la densité de poissons dans les enclos d’élevage ne peut à aucun moment dépasser 2,5% du volume total d’eau afin qu’ils aient assez d’espace pour évoluer à leur aise.
- Entre chaque cycle d’élevage, les fermes sont mises en jachère afin de préserver l’environnement naturel intact. Pendant cette période, les fonds marins sont étroitement surveillés.
Au final, la sélection est tellement stricte que l’on compte moins de 750 fermes pour 28 953 km de côtes ! D’une part, les licences ne sont accordées par l’Etat qu’à la condition que les fermes soient intégrées à l’environnement et qu’elles le respectent pleinement. D’autre part, les licences sont attribuées avec parcimonie afin d’éviter un développement trop important du nombre de parcs.

Vous souhaitez savoir plus sur la salmoniculture en Norvège ? Davantage d'informations sur: http://toutsurlesaumon.fr/Aquaculture/La-salmoniculture 

Une alimentation surveillée et adaptée

D’importantes recherches dans ce domaine ont permis d’identifier les besoins naturels des poissons en fonction de leur stade de développement. Objectif : garantir aux poissons d’élevage une nourriture adaptée a leurs besoins, tout en s’assurant de leur bonne santé.
Par ailleurs, pour éviter tout gaspillage de nourriture, des caméras sous-marines ont été installées dans les parcs aquacoles afin de vérifier le comportement alimentaire et l’appétit des poissons. Les quantités sont ainsi ajustées au plus près de leur consommation. Ces caméras permettent aussi de veiller à ce que les fonds marins restent préservés.
La Norvège travaille actuellement à un nouveau challenge : réduire la dépendance aux ressources marines pour préserver les ressources halieutiques. Des recherches sont ainsi menées afin de réduire les farines et huiles de poisson en augmentant la part de composants végétaux de l’alimentation des saumons, tout en garantissant les apports nutritionnels nécessaires au bien-être et à la qualité de ces derniers.

Vous souhaitez savoir plus sur l'alimentation du saumon norvégien ? Davantage d'informations sur: http://toutsurlesaumon.fr/Aquaculture/Ce-que-mange-le-saumon 

Objectif : zéro fuite de saumons

Même si le saumon d'élevage est le descendant du saumon sauvage, une lutte contre la fuite de saumons est menée par principe de précaution pour la préservation de l'espèce sauvage. Les autorités norvégiennes se sont fixées l’objectif « zéro fuite ». La fuite d’un seul poisson d’une ferme est considérée comme un « crime environnemental » et sévèrement punie. L’implication des autorités et des fermiers ont permis des résultats impressionnants ! En 1998, le pourcentage de fuites de saumon était de 0,46 %. En 2009, il est tombé à moins de 0,04 % et ce, alors que la production a augmenté de près de 10 % sur la même période! C’est une priorité absolue du secteur et des autorités de poursuivre les efforts entrepris jusqu’à ce que plus aucun saumon ne puisse s’échapper.

Une filière aquacole mobilisée pour lutter contre les parasites

Parasite existant naturellement en milieu marin, le pou du saumon touche aussi bien les saumons sauvages que ceux d’élevage, qu’il contamine en passant à proximité des zones d’aquaculture. Il se fixe sur la peau, aux nageoires et aux branchies du poisson. Même s’il ne représente aucun danger pour la santé humaine s’il est ingéré, les autorités norvégiennes estiment qu’au-dessus d’une certaine concentration, pour des raisons de bien-être animal, il convient de prendre des mesures pour en réduire le nombre dans les bassins.
La plupart du temps, le problème se résout de manière entièrement naturelle : des poissons appelés « vieilles communes » sont introduits dans le bassin d’élevage et se nourrissent des poux de mer.
Si une concentration élevée de poux est constatée, un vétérinaire peut prescrire des produits spécifiques. Cette prescription reste néanmoins très encadrée et ne peut se faire sans l’aval des autorités.

L’ensemble des réglementations liées à l’aquaculture permettent aujourd’hui à la Norvège de préserver l’écosystème de ses eaux, tout en proposant différentes espèces d’élevage, tels que le saumon, la Truite des Fjords et le flétan blanc aux amateurs de poissons à travers le monde.

Pour encore plus d'informations sur l'aquaculture et le saumon : http://toutsurlesaumon.fr/